" Louez et bénissez  mon Seigneur, rendez-lui grâce  et servez-le  en grande humilité ! "

               Saint François

st claire_edited.jpg

Les Franciscains de Strasbourg

chapelle des franciscains de strasbourg et prière des frères

vous souhaitent la bienvenue sur leur site.

saint françois et frère soleil vitrail saint damien assise

33ème DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE – 6ème JOURNEE MONDIALE DES PAUVRES

À l'occasion de la 6ème journee mondiale des pauvres, notre fr Ministre Général, Massimo Fusarelli nous adresse une lettre. Il nous invite à la lire personnellement et nous invite également à la partager avec les laïcs qui nous fréquentent et qui sont nos amis. La méditation que le fr Massimo nous offre à propos de cette 6ème journée mondiale des pauvres se trouve liée à la vie même de l'Ordre des franciscains puisque, en 2023, nous célèbrerons le 8ème centenaire de la règle des Frères Mineurs approuvée par le pape Honorius III. Le fr. Massimo rappelle d'abord quelques paroles de notre règle : «Que les frères ne s’approprient rien , ni maison, ni lieu, ni quoique ce soit. Et comme des pèlerins et des étrangers en ce siècle, servant le Seigneur dans la pauvreté et l’humilité, qu’ils aillent à l’aumône avec confiance. Et il ne faut pas qu’ils en aient honte, car le Seigneur s’est fait pauvre pour nous en ce monde » (chap. VI, 1-3). Et dans la 1ère règle il ajoute : «Et ils doivent se réjouir quand ils vivent parmi des personnes viles et méprisées, parmi des pauvres et des infirmes et des malades et des lépreux et des mendiants le long du chemin » (chap. IX, 2). Certes, l'une ou l'autre question concerne directement les frères qui ont fait vœu de vivre sans rien en propre, mais les questions suivantes qu'il pose peuvent s'adresser à chacune et à chacun d'entre nous :

- Quelle expérience avons-nous, sous une forme ou sous une autre, de la vie des pauvres et, en même temps à quelle distance nous en situons-nous ?

- Sommes-nous attentifs à connaître les conditions des rejetés de la société d’aujourd’hui ? Avons-nous fait quelques pas vers des pauvres concrets pour partager avec eux du temps, des énergies, du voisinage ?

Le 29 novembre 1223, le pape Honorius III approuve finalement la Règle et, moins d’un mois après, François monte vers Greccio pour célébrer un Noël très particulier. Il veut voir de ses yeux la pauvreté dans laquelle le Seigneur Jésus a voulu naître et comment il vient toujours à nous « sous une modique forme de pain » (LOrd II, 27) dans l’Eucharistie, et aussi dans la personne des pauvres. François sait que «Jésus Christ [...] s’est fait pauvre pour vous » (2Cor 8,9), c’est à dire petit et « mineur » pour nous. Dans quelques jours nous fêterons le 8ème centenaire du fameux épisode de Greccio.

Faire la vérité dans notre style de vie

À la lumière de l’Incarnation, la journée mondiale des pauvres nous amène encore à évaluer notre style de vie en tant que simples chrétiens et bien plus encore en tant frères mineurs. Vivre d’apparence ne paie pas, mais une vie unifiée et en vérité, oui. La pauvreté n’est pas une idéologie ! Elle a le visage des pauvres. Quelle voie suivre ? Une spiritualité incarnée nous accompagne pour combler la distance qui nous sépare des pauvres nos maîtres, qui sont nombreux aujourd'hui, générés par le système économique ainsi que par la guerre. N’ayons pas peur de les rencontrer et de nous en laisser approcher ; écoutons-les avec charité et respect, en apprenant aussi d’eux comme de tous. «Les pauvres sont des sujets qui nous aident à nous libérer des liens de l’inquiétude et de la superficialité » (Message 8). N’est-ce pas là l’expérience de saint François, de sa rencontre avec le lépreux à Saint Damien ?

Je me demande avec vous : est-ce que, dans notre vie, nous observons un lien entre "le temps d’arrêt" que nous prenons dans la prière et dans la contemplation, avec le fait d'aller de l’avant et de cheminer en témoignant du Christ ?

Nous mesurons-nous avec le concret et le contenu de la vie des personnes pauvres, là où nous vivons, surtout en ces temps de crise économique diffuse ? Quel rapport avons-nous avec l’argent ? Nous éblouit-il ? Est-ce que nous en dépendons ? Essayons-nous encore d’apprendre à avoir confiance dans la Providence et à restituer quelques biens aux pauvres ?

 

Demandons ensemble, par une incessante invocation à l’Esprit du Seigneur, vrai ministre général de l'Église et de l’Ordre des franciscains, de souffler avec puissance pour rallumer en chacune et chacun d'entre nous, aujourd’hui, la flamme de notre baptême et de notre vocation chrétienne.

 

D'après le fr Massimo Fusarelli, ministre général et serviteur.

Je suis un paragraphe. Cliquez ici pour ajouter votre propre texte et me modifier. C'est facile.